Un autre regard sur la maison et son jardin

Le label Ma Maison Vivante répond à une nouvelle génération de familles en quête d’un projet de vie qui fasse sens, en relation avec la nature. Ces familles néo-rurales et péri-urbaines souhaitent un rapport privilégié à la nature et aux saisons, plus de cohérence avec leurs valeurs et un rapport aux autres plus enrichissant, se traduisant par un engagement citoyen à l’échelle locale.

Les familles souhaitant habiter une maison vivante veulent aller plus loin que la construction d’une maison confortable. Elles recherchent un bien-être physique et psychologique pour chacun des membres de la famille, elles veulent voir et vivre avec la nature, éduquer leurs enfants dans ce sens, refaire des choses que les anciens faisaient, remettre les mains dans la terre, cultiver leur jardin.

Le référentiel
Ma Maison Vivante

Le label Ma Maison Vivante est attribué aux maisons neuves individuelles ou en îlots : constructions et parcelles de terrain.

Les demandeurs, s’engagent à respecter les exigences du Référentiel Ma Maison Vivante pour pouvoir bénéficier de la labellisation délivrée par Maison Vivante, organisme mandaté par l’Association Maisons de Qualité.

Téléchargez le référentiel

Télécharger

Ces exigences portent sur trois domaines :

Harmonie

S’inscrire en douceur avec le milieu d’accueil
en prenant en compte les atouts et les contraintes du site

Optimiser le Coefficient de Biotope par Surface (CBS)

Préserver la ressource en eau

Concevoir la maison en favorisant la santé et le bien-être

Biodiversité

Préserver les caractéristiques écologiques de la parcelle

Favoriser l’épanouissement du vivant

Éco-matériaux et économie circulaire

Intégrer les éco-matériaux

Gérer les déchets de construction en favorisant
le recyclage et le réemploi

Diminuer l’empreinte carbone

Champs d'application du label

Le label Ma Maison Vivante s’adresse à tout les constructeurs de maisons individuelles et/ou groupées, et promoteurs, dès lors qu’ils exercent leurs activités dans le cadre :

  • du contrat de construction de maison individuelle (CCMI), avec ou sans fourniture de plan, dans les conditions définies par les articles L. 231-1 à L. 231-13 et R. 231-1 à R. 231-14 et L. 232-1, L. 232-2 et R. 232-1 à R. 232-7 du Code de la construction et de l’habitation, découlant de la loi n° 90-1129 du 19 décembre 1990 et des textes pris pour son application,
  • et/ou du contrat de vente en état futur d’achèvement (VEFA), dans les conditions définies par les articles L. 261-1 à L. 261-22 et R. 261-1 à R. 261-3 du Code de la construction et de l’habitation, loi n° 67-3 du 3 janvier 1967 modifiée et des textes pris pour son application.

Les maisons individuelles et/ou groupées devront se conformer aux exigences du Référentiel Ma Maison Vivante pour la maison et le jardin.

 

Recevoir le dossier de labellisation

Obtenir le label Ma Maison Vivante
pour un ensemble maison + jardin

Le label Ma Maison Vivante s’obtient si l’ensemble des critères du référentiel sont remplis pour le projet à labelliser.

Le label Ma Maison Vivante s’appuie sur le Référentiel Ma Maison Vivante pour labelliser la « maison neuve et son jardin ». Il s’agit d’un label de conception technique, associé à des obligations liés aux exigences de pédagogie auprès des familles. Le certificat de labellisation sera délivré :

  • Provisoirement, au démarrage des travaux sur la base d’une évaluation sur pièces écrites décrivant la maison et le terrain,
  • Définitivement, à la livraison pour les Maisons Vivantes en îlots ou 1 an après la livraison pour les Maisons Vivantes en diffus.

Un an après l’emménagement dans la maison, une enquête de satisfaction et de retour d’usages est réalisée auprès de chaque famille occupant une maison vivante.

L’enjeu est de recueillir la satisfaction au regard de l’usage de la maison et du jardin, d’évaluer l’intensité des usages écologiques dans le jardin et les éventuelles difficultés rencontrées.

Dans la durée, des inventaires de biodiversité seront réalisés par sondage afin d’évaluer et de quantifier les bénéfices obtenus sur la faune et la flore.

Les spécificités du label au regard
du contexte réglementaire

Le label Ma Maison Vivante s’inscrit dans le contexte de :

  • La Loi Climat et Résilience n°2021-1104, promulguée le 24 août 2021 et qui fait suite à la loi pour la Reconquête de la Biodiversité, de la nature et des paysages de 2018, fixe un objectif de « Zéro Artificialisation Nette » en 2050. La lutte contre l’artificialisation des sols devient l’un des objectifs généraux de l’action des collectivités en matière d’urbanisme, avec des règles territorialisées et une cible d’artificialisation nette des sols par tranches de dix années fixée au sein des SRADDET. Les premiers décrets parus (nouvelle nomenclature des espaces dits artificialisés, traduction territoriale des objectifs dans les SRADDET) seront applicables dès 2031. Toutefois, il est d’ores-et-déjà demandé aux préfets de consolider et déployer les outils contractuels pour atteindre ces objectifs de sobriété foncière,
  • La mise en application en janvier 2022 de la Règlementation Environnementale des bâtiments neufs (RE 2020), dont les objectifs sont de :
    • Lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre sur l’ensemble du cycle de vie du bâtiment, y compris lors de sa construction,
    • Diminuer les consommations énergétiques,
    • Mieux conserver de la fraîcheur dans les bâtiments lors des vagues de chaleur,
  • La loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, qui a pour but de réduire les déchets. Elle a été adoptée le 30 janvier 2020 et prévoit :
    • La création d’une filière pollueur-payeur pour le secteur bâtiment (dès le 1er janvier 2022),
    • L’installation de nouvelles déchetteries pour pallier le manque d’infrastructures et lutter contre le dépôt sauvage,
    • La reprise gratuite des déchets des professionnels du bâtiment par les déchetteries, s’ils sont triés,
    • Il est également prévu dans cette loi d’augmenter le recours aux matériaux de réemploi dans les projets de construction ou de rénovation de bâtiments (modification de l’article L228-4 du Code de l’environnement).

Prendre connaissance de la biodiversité
du territoire tout en impliquant les habitants

L'accompagnement à l'usage écologique du jardin
un défi de mobilisation et de changement

Les actions incitatives associées à un accompagnement influencent les pratiques de jardinage des habitants.

L’Association Maisons de Qualité et ses parties-prenantes développent un dispositif d’accompagnement ambitieux pour les familles qui acquièrent une maison vivante :

  • Informer
  • Former,
  • Aider à agir.

Rien ne se fait sans la mobilisation humaine d’une volonté de changement. Il est nécessaire de sensibiliser les habitants à l’importance de la biodiversité et à la nécessité de la protéger (voire de l’améliorer) afin d’augmenter le degré d’implication de chacun. Cela doit passer par une reconnexion des individus à la biodiversité.

Un des objectifs à terme est principalement d’arriver à ce que les individus modifient leur comportement et respectent davantage la biodiversité.

Un dispositif « Ma Maison Vivante » au service des habitants, des aménageurs et des pouvoirs publics :

LES OBJECTIFS :

  • Connaître et étudier le rôle joué par les jardins privés au sein de la biodiversité des territoires,
  • Sensibiliser par l’action et la participation aux enjeux de protection de la biodiversité et à l’impact des jardins privés, de leur aménagement et de leur entretien.
  • Identifier et préconiser les leviers d’actions en termes d’amélioration des pratiques d’aménagement et de gestion des jardins privés
  • Créer du lien entre les habitants d’une commune afin de réaliser des inventaires partagés et échanger des pratiques de jardinage écologique.

Notre action pédagogique porte sur les pratiques individuelles qui se déploient dans les jardins privés. Si l’influence d’un individu particulier est sans doute négligeable pour comprendre l’évolution de la biodiversité, il n’en est certainement pas de même de l’ensemble des pratiques des individus. A l’échelle de 10.000 jardins (correspondant à l’objectif de maisons + jardins labellisés Ma Maison Vivante à l’horizon 2030), l’impact sur la biodiversité est énorme !

Dans le jardin, la biodiversité ne se mesure pas seulement au nombre d’espèces vivantes sur l’espace donné, mais surtout en fonction de la richesse des échanges : les plantes, les animaux, les insectes mettent au point de nombreux échanges, subtils et bénéfiques.

En plus de tous les bienfaits qu’il procure à l’homme, cet écosystème est aussi essentiel à la préservation de la biodiversité d’un territoire. Comme un relais, le jardin permet d’assurer la liaison entre différents écosystèmes et ainsi d’enrichir leur biodiversité.

Télécharger le référentiel Ma Maison Vivante